wiki:processus_thread

Version 12 (modified by alain, 6 years ago) (diff)

--

Dynamic process and thread creation

1) Process

The PID (Process Identifier) is coded on 32 bits. It is unique in the system, and has a fixed format: The 16 MSB (CXY) contain the owner cluster identifier. The 16 LSB bits (LPID) contain the local process index in owner cluster. The owner cluster is therefore defined by PID MSB bits.

To avoid contention, the process descriptor of a P process, and the associated structures, such as the Page Table, or the File Descriptors Table are (partially) replicated in all clusters containing at least one thread of P.

As it exists several copies of the process descriptors, ALMOS-MK defines a reference process descriptor, located in the reference cluster, and the other copies are used as local caches.

Warning : to support process migration, the reference cluster can be different from the owner process.

In each cluster K, the local cluster manager (cluster_t type in ALMOS-MK) contains a process manager (pmgr_t type in ALMOS-MK) that maintains three structures for all process owned by K :

  • The PREF_TBL[lpid]] is an array indexed by the local process index. Each entry contains an extended pointer on the reference process descriptor.
  • The COPIES_ROOT[lpid] array is also indexed by the local process index. Each entry contains the root of the global list of copies for each process owned by cluster K.
  • The LOCAL_ROOT is the root of the local list of all process descriptors in cluster K. A process descriptor copy of P is present in K, as soon as P has a thread in cluster K.

The process descriptor (process_t in ALMOS-MK) contains the following informations:

  • PID : proces identifier.
  • PPID : parent process identifier,
  • XMIN, XMAX, YMIN, YMAX : rectangle covering all active clusters.
  • PREF : extended pointer on the reference process descriptor.
  • VMM : virtual memory manager containing the PG_TBL and the VSEG_LIST.
  • FD_TBL : open file descriptors table.
  • TH_TBL : local table of threads owned by this process in this cluster.
  • LOCAL_LIST : member of local list of all process descriptors in same cluster.
  • COPIES_LIST : member of global list (globale) of all copies of same process.
  • CHILDREN_LIST : member of global list of all children of same parent process.
  • CHILDREN_ROOT : root of global list of children process.

Elements of a local list are in the same clusters, and ALMOS-MK uses local pointers. Elements of a global list can be distributed on all clusters, and ALMOS-MK uses extended pointers.

2) Thread

ALMOS-MK defines four types of threads :

  • one USER thread is created by a pthread_create() system call.
  • one KERNEL thread is dynamically created by the kernel to execute a kernel service in a cluster.
  • one RPC thread is activated by the kernel to execute one or several pending RPC requests.
  • the IDLE thread is executed when there is no other thread to execute on a core.

From the point of view of scheduling, a thread can be in six states, as described in section D.

This implementation of ALMOS-MK does not support thread migration: a thread is pinned on a given core in a given cluster. The only exception is the main thread of a process, that is automatically created by the kernel when a new process is created: This main thread follow its owner process in case of process migration.

An user thread is identified by a fixed format TRDID identifier, coded on 32 bits : The 16 MSB bits (CXY) define the cluster where the thread has been pinned. The 16 LSB bits (LTID) define the thread local index in the local TH_TBL[K,P] of a process descriptor P in a cluster K. This LTID index is allocated by the local process descriptor when the thread is created.

Therefore, the TH_TBL(K,P) thread table for a given process in a given clusters contains only the threads of P placed in cluster K. The set of all threads of a given process is defined by the union of all TH_TBL(K,P) for all active clusters K. To scan the set off all threads of a process P, ALMOS-MK traverse the COPIES_LIST of all process_descriptors associated to P process.

The thread descriptor (thread_t in ALMOS-MK) contains the following informations:

  • TRDID : thread identifier
  • PTRDID : parent thread identifier
  • TYPE : KERNEL / USER / IDLE / RPC
  • FLAGS : attributs du thread
  • PROCESS : pointer on the local process descriptor
  • STATE : CREATE / READY / USER / KERNEL / WAIT / DEAD
  • LOCKS_COUNT : current number of locks taken by this thread
  • PWS : zone de sauvegarde des registres du coeur.
  • XLIST : member of the global list of threads waiting on the same resource.
  • SCHED : pointer on the scheduler in charge of this thread.
  • CORE : pointer on the owner processor core.
  • IO : allocated devices (in case of privately allocated devices).
  • SIGNALS : bit vector permettant d’enregistrer les signaux reçus par le thread
  • etc.

3) Process creation

The process creation in a remote cluster implement the POSIX fork / exec mechanism. ALMOS-MK implements one private scheduler per processor core.

3.1) fork()

The parent process P is running on a core in cluster K, and execute the fork() system call to create a remote process F. This syscall selects a target cluster Z, that will become the owner of the F process. Cluster K will contain the reference process descriptor. The target cluster can be specified by the user application or automatdefined by the kernel using the DQDT.

  1. the kernel in cluster K allocates memory in K to store the reference process descriptor of F, and get a pointer on this process descriptor using the process_alloc() function.
  2. the kernel in cluster K ask to kernel in cluster Z to allocate a PID for the F process and to register the extended pointer on process descriptor in PREF_TBL[Z] of cluster Z. This done by the RPC_PROCESS_PID_ALLOC that takes the process descriptor pointer argument and returns the PID.
  3. the kernel in cluster K initializes the F process descriptor from informations found in the P parent process descriptor. This includes the inherited ...
  4. the kernel in cluster K creates locally the main thread of process F, and register this thread in the TH_TBL[K,P]

L’appel system fork() crée dans le cluster Z un nouveau descripteur de processus pour le processus clone P’, ainsi qu’un descripteur de thread pour le thread principal attaché au processus P’. Le descripteur du processus P’ contient en particulier la VSL(P’,Z), la PT(P’,Z), la FDT(P’,Z) qui sont des copies des tables correspondantes du processus P. En revanche la TRDL(P’,Z) ne contient que le thread nouvellement créé, ce qui signifie que le processus P’ clone est mono-thread. Puis l’appel système fork() demande au cluster cible X l’allocation d’un PID au moyen d’une TASK_FORK_RPC, en transmettant en argument l’adresse étendue du descripteur de processus P’. Cette adresse est enregistrée dans la table des processus du cluster X, et le PID est enregistré dans le descripteur du processus P’ du cluster Z. Finalement, le fork() enregistre le nouveau thread dans l’ordonnanceur du coeur du cluster Z qui exécute le fork(), et rend la main au processus P. A la fin d'un appel système fork(), le cluster propriétaire de P' est le cluster X, et le cluster de référence de P'est le cluster Z.

3.2) exec()

Une fois l'opération fork() terminée, le processus fils P’ peut exécuter l'appel système exec(). Cet appel système exec() doit remplacer le processus P' par un nouveau processus F qui exécute une nouvelle image mémoire, mais conserve le PID du processus P', et donc possède le même propriétaire que P'. Pour ce nouveau processus F, on veut que le cluster de référence soit aussi le cluster propriétaire, c'est à dire le cluster X. Pour cela, le processus P' (qui s'exécute toujours sur le cluster Z) effectue une TASK_EXEC_RPC vers le cluster X, avec les arguments suivants: le PID du processus P', le nom du fichier contenant le code binaire à charger en mémoire, les arguments de la fonction s'il y en a, les variables d'environnement. Cette RPC alloue dans le cluster X un descripteur de processus pour le processus F, ainsi qu’un descripteur de thread principal. Il initialise ces descripteurs et les tables PT(F,X) , VSL(F,X), TRDL(F,X) en utilisant les arguments de la RPC. Il recopie le contenu de la FDT(P’,Z) dans la FDT(F,X), en utilisant un remote_memcpy(), puisqu’il dispose de l’adresse étendue de P’. Quand le processus P’ sur le cluster Z reçoit une réponse positive pour cette EXEC_RPC, le processus P’ intermédiaire se termine.

Une fois que les structures sont initialisées, le thread principal du processus fils est attaché à l'ordonnanceur du cœur cible. Le code binaire (segments code et data) sera chargé dans la mémoire du cluster cible, lors du traitement des défauts de page.

4) Création d’un thread user dans un cluster distant

N’importe quel thread T de n’importe quel processus P s’exécutant sur n’importe quel cluster K peut créer un nouveau thread T’ dans n’importe quel cluster M. Ce thread T’ sera attaché à l’ordonnanceur de l’un des coeurs du cluster M. Le cluster propriétaire du processus P peut être un troisième cluster Z.

  • Le choix du cluster cible M peut être imposé par l'utilisateur (grâce au champs CXY de la structure pthread_attr_t passée en argument). Si le cluster cible n'est pas spécifié, le choix est effectué par le kernel du cluster client grâce à la DQDT.
  • Le choix du coeur cible dans le cluster cible peut être imposé par l'utilisateur (grâce au champs CORE_LID de la structure pthread_attr_t passée en argument). Si le coeur cible n'est pas spécifié, le choix est effectué par le kernel du cluster cible, grâce

à la DQDT.

Seul le noyau du cluster propriétaire du processus P peut créer ou détruire un thread appartenant au processus P (i.e. modifier la Liste des threads TRDL appartenant au processus P). Ceci simplifie les problèmes de concurrence, et permet de simplifier les copies des descripteurs de processus dans les clusters autres que le propriétaire de P. La copie de la liste des threads TH_TBL(P,M) dans un cluster M autre que le cluster Z propriétaire de P ne contient que les descripteurs de thread qui s’exécutent localement sur un coeur de M, alors que la TH_TBL(P,Z) du cluster Z propriétaire de P doit contenir tous les threads de P.

4.1) phase 1

Le noyau du cluster K connait l'identifiant du cluster Z propriétaire de P, puisque cet identifiant est contenu dans le PID. le noyau de K envoie une RPC_THREAD_USER_CREATE au cluster Z propriétaire. L'argument est une structure pthread_attr_t contenant le PID, le TRDID, la fonction à exécuter et ses arguments, et optionnellement le cluster cible et le core cible. Le noyau du cluster Z propriétaire de P, ne répond pas immédiatement au cluster demandeur K, mais envoie au cluster cible M une RPC_THREAD_USER_CREATE, avec les mêmes arguments.

4.2) phase 2

Le noyau du cluster M vérifie s’il possède une copie du descripteur du processus P. Si ce n’est pas le cas il crée et un nouveau descripteur du processus P dans M, et alloue les structures PT(P,M), VSL(P,M), FDT(P,M), TRDL(P,M). Il initialise les structures VSL et FDT en utilisant des remote_memcpy() depuis le cluster Z vers le cluster M. La structure PT(P,M) reste vide, et se remplira à la demande lors du traitement des défauts de page. Quand il est sûr de posséder une copie du descripteur de processus P, il sélectionne un coeur charger d’exécuter le nouveau thread T’, Il attribue un TRDID au thread à T’, crée un descripteur de thread et l’enregistre dans la TRDL(P,M). Finalement, il enregistre T’ dans l’ordonnanceur du coeur sélectionné, et renvoie le TRDID dans la réponse RPC au cluster Z.

4.3) Phase 3

Le noyau du cluster Z propriétaire de P alloue un descripteur de thread et l’enregistre dans sa TRDL(P,Z). Cette TRDL(P,Z) doit en effet contenir la totalité des descripteurs de threads du processus P. Puis le noyau de Z renvoie une réponse RPC au cluster K.

5) Destruction d’un thread

La destruction d’un thread TRDID s’exécutant sur un cluster K est déclenchée :

  • soit par le thread lui-même (appel système pthread_exit() ),
  • soit par le noyau du cluster hôte K où s’exécute le thread,
  • soit par un signal provenant d’un autre cluster.

Dans tous les cas, c’est le noyau du cluster hôte K, qui pilote cette destruction.

5.1) phase 1

Le noyau du cluster K envoie une THREAD_EXIT_RPC au cluster Z propriétaire du processus P, pour qu’il mette à jour la TRDL(P,Z) qui contient tous les thread de P. Les arguments sont le PID et le TRDID.

5.2) phase 2

Le noyau du cluster Z propriétaire de P met à jour sa TRDL(P,Z), en supprimant le thread TRDID, puis envoie la réponse RPC au cluster K.

5.3) phase 3

Le noyau du cluster K enregistre le signal KILL dans le descripteur de thread TRDID au moyen d’une opération atomique.

Lors du traitement de ce signal, le thread TRDID est éliminé de l’ordonnanceur, il est éliminé de la TRDL(P,X), et la mémoire allouée pour le descripteur de thread dans le cluster K est libérée.

5) Destruction d’un processus

La destruction d’un processus P est déclenchée :

  • soit par un thread du processus P s’exécutant sur un cluster X quelconque (appel système exit() ),
  • soit par le noyau du cluster Z propriétaire P,
  • soit par un signal provenant d’un autre cluster

Dans tous les cas, c’est le noyau du cluster Z propriétaire de P, qui pilote cette destruction.

5.1) phase 1

Si l’appel système exit() est exécuté sur un cluster K différent du cluster Z propriétaire, le noyau du cluster K envoie une TASK_EXIT_RPC vers le cluster Z propriétaire. L’argument est le PID du processus P.

5.2) phase 2

Pour exécuter la TASK_EXIT_RPC, le noyau du cluster Z propriétaire de P broadcaste une TASK_EXIT_RPC vers tous les clusters M qui contiennent au moins un thread du processus P. Dans chaque cluster M, le noyau recevant une TASK_EXIT_RPC enregistre le signal KILL dans les descripteurs detous les threadsde P. Quand il détecte que la TRDL(P,M) est vide, il libère toutes les structures de données allouées au processus P dans le cluster M, et retourne la réponse au cluster Z.

5.3) phase 3

Lorsque toutes les réponses au TASK_EXIT_RCP ont été reçues par le cluster Z, celui-ci libère toutes les structures de données allouées au processus P dans le cluster Z.